logo

.

Visuel 2017

 

 

MRAP

 

 

MRAP

Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples

Né dans la clandestinité et la résistance au nazisme et au fascisme, le MRAP a été créé en 1949, à l’initiative d’anciens résistants et déportés. Il n’a cessé de combattre toutes les formes de racisme, d’agir pour l’amitié entre les peuples et pour l’égalité des droits entre tous les êtres humains. Les luttes historiques du MRAP : contre l’antisémitisme, contre l’apartheid en Afrique du Sud, contre la ségrégation et pour le droit des minorités aux Etats-Unis, contre le colonialisme et ses implications racistes, contre le racisme à l'égard des Tsiganes et des immigrés, pour la régularisation de tous les sans-papiers et la fermeture des centres de rétention. Le MRAP est à l’origine de la loi du 1er juillet 1972 qui fait du racisme non pas une opinion mais un délit.

Dernier article sur le MRAP Palois paru dans la République des Pyrénéesdu 24/2/2012

? En trois questions

Jean-Claude Pomarède

Président du Comité Palois du MRAP

Qu’est ce que le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) ?

Ce mouvement est né sous l’occupation en 1942 pour s’opposer à la déportation, notamment celle des enfants ; Il a changé de nom plusieurs fois mais jamais de son but premier : « l’espoir d’un monde solidaire et sans racisme ». Depuis plus de soixante ans, ses membres s’emploient à défaire les idées reçues qui font de l’immigré, du sans papier ou du Rom le coupable de tous les maux de la France. C’est tellement facile d’avoir un bouc émissaire ! Les époques ont changé, le vocabulaire aussi mais il y a toujours des « indésirables ». Aujourd’hui, le MRAP combat toutes les formes de racisme ; Celles-ci sont de plus de plus perfides car on est en train de passer du racisme ethnique au racisme culturel dans lequel la victime se sent coupable. Sans doute un problème de civilisation !

Quelle est l’activité du comité local ?

Nous sommes présents dans tous les collectifs locaux qui apportent leur aide aux sans papiers, aux familles expulsées ou aux étudiants étrangers. Actuellement, c’est la situation dramatique de quelques familles Rom à Pau qui nous préoccupe. Le problème est sans doute complexe mais pour nous le choix est simple : C’est une question de dignité humaine. Nous avons également un rôle d’information et nous intervenons gracieusement dans les établissements scolaires ou les centres sociaux pour des débats ou le prêt d’expositions.

 

Comment voyez vous l’avenir ?

Dans une société idéale, le MRAP n’aurait plus lieu d’être mais nous constatons tout le contraire au quotidien. Les raisons de s’indigner ne manquent pas et même si la tâche est immense, cela n’entame en rien notre détermination car nous croyons que « l’utopie d’aujourd’hui peut être la réalité de demain ».

 

Propos recueillis par Luci Abadia (La République des Pyrénées, 24/02/2012)

 

 

bottom

Powered by Joomla!. Design by: joomla 2.5 theme  Valid XHTML and CSS.